Internat Favre : une fermeture qui ne passe pas

Après le sursis accordé en 2011, le sort de l’internat Favre est désormais scellé : la fermeture a été prononcée pour le mois de septembre 2015. Cette année sera donc, sauf surprise, la dernière d’une institution centenaire qui voit ses portes se fermer pour cause de restriction budgétaire. L’État a été le premier à tirer, puisque c’est l’aide de 450 000 € qui a d’abord été réduite à 200 000 €, avant d’être entièrement supprimée.

Face à la perte de cette subvention, la ville de Lyon a décidé qu’elle ne pourrait pas supporter à elle seule le coût de fonctionnement de l’internat ; et l’apparition de la métropole sur la scène ne changera rien à l’affaire. Si les personnels de l’internat pourront être reclassés dans différents services de la ville, le devenir des quelque 60 enfants accueillis cette année n’est pour l’heure pas décidé.

La décision, pour être attendue depuis plusieurs années, n’en est pas moins brutale. Et fait grincer des dents : à droite comme à gauche, on ne se prive pas d’avancer, à titre de comparaison, la somme des investissements consentis pour le Musée des Confluences ou encore le Grand Stade de Décines.

Mais au-delà de l’aspect économique, c’est peut-être le sentiment d’injustice qui domine aujourd’hui. L’esprit de solidarité, qui anime l’aide à l’enfance en difficulté, est cher aux lyonnais et plus particulièrement aux croix-roussiens, qui peuvent aujourd’hui s’estimer trahis. La Croix-Rousse a construit son histoire, ancienne ou récente, sur cette idée, et il est insupportable pour nombre d’habitants du plateau, des pentes ou d’ailleurs, de voir se refermer une page d’une riche histoire sociale sur une simple décision budgétaire.

Les déclarations de Gérard Collomb, qui assure vouloir conserver une vocation sociale pour les installations de l’internat Favre, vont-elles suffire à rassurer ? Rien n’est moins sûr, si l’on considère le nombre d’établissements à vocation éducative ou sociale en attente d’une reconversion, pour le meilleur… ou pour le pire : on pense ici à la villa Chazière, située à quelques dizaines de mètres de l’internat, ou encore au bâtiment de la Société Professionnelle d’Enseignement du Rhône, sis quai Gillet.

La fermeture pose également des questions qui font déjà débat chez les habitants du plateau : quel avenir est réservé au bâtiment et au terrain qui l’entoure ? Nul n’ignore l’appétit des promoteurs pour ces tènements propices à la construction de logements haut de gamme. Même si aucune information en notre possession ne vient corroborer ou infirmer la rumeur, celle-ci fait tout de même état d’un projet d’hôtel 5 étoiles, ce qui condamnerait de facto tout espoir de voir les installations de l’internat rester dans le giron du public et retrouver, peu ou prou, une vocation sociale. L’exemple de feu le centre Livet a échaudé les esprits, et il n’est pas sûr que ceux-ci se soient suffisamment refroidis pour ne pas s’opposer à grand bruit à un projet immobilier de grande ampleur…

La Croix-Rousse n’est pas à vendre demande que soit trouvée rapidement une solution satisfaisante pour les enfants actuellement scolarisés à l’internat Favre, et pour que soit maintenu sur les lieux un service d’action sociale ; elle soutient toute initiative en ce sens.
Soucieuse également de la préservation du patrimoine, tant bâti que végétal, l’association veut également que l’ensemble du terrain demeure propriété publique, que soit conservé le bâtiment de caractère, et que l’espace boisé, classé, ou à mettre en valeur, demeure défini tel quel et soit accessible au public.

Un courrier exposant les demandes de l’association a été adressé à David Kimelfeld, maire du 4ème arrondissement.

Affaire à suivre.

Pour aller plus loin :
http://www.rue89lyon.fr/2014/12/19/fermeture-de-linternat-favre-lyon-ce-nest-pas-noel-pour-le-monde/
http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Actualites/Social/La-fermeture-de-l-internat-Favre-gene-le-conseil-municipal
http://www.leprogres.fr/rhone/2014/12/11/l-internat-municipal-adolphe-favre-menace-une-nouvelle-fois-de-fermeture (payant)

Pour signer la pétition pour le maintien de l’internat : http://www.petitions24.net/contre_la_fermeture_de_linternat_municipal_adolphe_favre