Achat de l’ancien atelier-Canuts à côté de la MEJ dans la quartier historique de la Croix-Rousse !

Nous venons d’apprendre de source « sûre » que l’ancien atelier Canuts de la rue Dumont d’Urville jouxtant la MEJ vient d’être vendu. Qui a racheté ? Est-ce un promoteur ? Est-ce la Ville de Lyon pour protéger un patrimoine artisanal historique, atelier de tissage ? La Ville a-t-elle eu connaissance de cette vente ? Est-il encore temps d’intervenir ?

Nous savons tous que le Rez de Chaussée, ou se trouve la MEJ (Maison de l’Enfance et de la Jeunesse) est la propriété de la Ville de Lyon (à l’angle de la rue Dumont-d’Urville et Chariot d’Or) tandis que le premier étage appartient à des personnes privées. La MEJ et cet atelier formaient un ensemble « d’ateliers-immeubles » de tissage qui a été distingué comme patrimoine industriel significatif de notre quartier historique.

Le promoteur aurait-il reçu des assurances de la Ville de Lyon d’une vente ultérieure de ce rez-de-chaussée ? Et peut être qu’un compromis est déjà signé !

Nous avons donc beaucoup de questions !!!

Pourquoi la ville laisse faire et ne se positionne pas pour acheter alors qu’il est dit dans le cahier communal de Lyon 4 qu’il faut « Préserver les quartiers les plus singuliers ».

Ce lieu fait parti d’un « périmètre d’intérêt patrimonial » et de plus va priver de soleil et de lumière tout un cœur d’ilot ainsi que les habitants.

Ce quartier historique est bien celui qui a accueilli les ateliers de tissage utilisant les métiers dit Jacquard nécessitant une grande hauteur sous plafond. Dans notre arrondissement nous n’avons pas un tel ensemble atelier, presque usine,  qui permettrait de mettre en valeur non seulement le tissage mais l’artisanat dans son ensemble. Et il y aurait de nombreuses autres possibilités d’utilisation comme un lieu de convivialité et de réunion, etc, pour les habitants.

La vocation artisanale de la Croix-Rousse s’est affirmée au cours des siècles depuis le tissage jusqu’à l’automobile avec des lieux d’enseignement de très haute technicité  comme  la SEPR (Société d’Enseignement Professionnel du Rhône) ou le lycée La Martinière, etc. Ces établissements  ont formé des artisans Croix-Roussiens  de l’excellence et ont fait la grandeur de Lyon et préparé le développement des futures industries.

Notre quartier par ses constructions, sa forme urbaine (hauteur des appartements, dents creuses pour les ateliers et garages, traboules, …) ou sa trame urbaine avec l’orientation de ses rues, entre autres, est le résultat de ces évolutions.

Pourquoi croyez-vous que la Croix-Rousse est plébiscitée comme lieu d’habitat !

Le quartier de la Croix-Rousse si recherché l’est par cette histoire industrielle et sociale, cette mixité, cette mémoire qui continue de vivre et nous habitent même encore aujourd’hui à travers le bâti. Les habitants ont intériorisé  l’esprit Croix-Roussien : ses valeurs d’humanité, travail, de liberté,  etc qu’il représente.

Jusqu’à présent les promoteurs ont construit en périphérie du centre historique maintenant c’est au cœur même de ce cœur historique que leurs projets s’attachent ! Et nous en payons le prix par un coût de l’immobilier le plus cher de Lyon, par une surdensification, une multitude d’appartements en location de courte durée plus lucratifs  et maintenant par l’exclusion des personnes les plus pauvres par l’augmentation des loyers. Quand et ou cela va-t-il s’arréter ? Nous demandons des modificatifs du PLU-H afin de mieux protéger  ce patrimoine, cette histoire, ce cadre de vie, cette convivialité.

Pourquoi vouloir détruire un ensemble symbole de l’histoire de la Croix-Rousse ?  Pourquoi les élus ne prennent-ils pas conscience qu’il est temps de préserver un patrimoine même industriel et artisanal qui nous raconte ce qu’est ce quartier ?